Douarnenez Réfection de la jetée du Rosmeur

L'OUVRAGE

Utilisation de la jetée

Le port du Rosmeur et son port de pêche comporte deux bassins, le « grand bassin » en eaux profondes et le « bassin du Rosmeur » :

  • Le grand bassin est utilisé par la bolinche ainsi que les navires hauturiers cornouaillais et étrangers utilisant le port comme lieu de débarquement avancé (port en eaux profondes).
  • Le bassin du Rosmeur, avec deux espaces délimités par la jetée du Rosmeur : un espace intérieur qui abrite les mouillages plaisance et les pontons de stationnement des côtiers et canots et un espace extérieur  où se trouve la cale du Rosmeur qui sert au débarquement des canots et côtiers.

La jetée du Rosmeur sert donc à la fois d’ouvrage de protection, de quai d’accostage et d’accès aux pontons de stationnement des navires côtiers et canots du port, soit une vingtaine de navires.

La jetée du Rosmeur est très utilisée également par les bolincheurs qui stationnent à quai sur l’ouvrage lors des périodes d’activités et de débarquements saisonniers, ainsi que pour les navires de la Penn Ar Bed desservant l’île de Sein, lors des périodes de mauvais temps.

Description de l’ouvrage

La jetée du Rosmeur est un ouvrage d’amarrage et d’accostage de type caissons béton sur soubassement en blocs béton, d’une longueur totale de 160 m, construit en 1968.

La partie basse de la structure de l’ouvrage est constituée de 4 niveaux de blocs préfabriqués en béton reposant sur une assise en enrochements. En partie haute, les blocs sont couronnés par une épaisse dalle en béton sur laquelle reposent 2 files de parois verticales préfabriquées en béton armé qui constituent les murs accostables de la jetée. Des cloisons intermédiaires lient les éléments préfabriqués tous les 3,20m formant un caisson, et 10 caissons forment ainsi une travée, l’ouvrage compte 4 travées. Le remplissage des caissons a été réalisé en sable de dragage du bassin.

A l’origine, l’ouvrage a été conçu dans l’objectif de création d’un terre-plein du côté ouest, par remblaiement partiel du bassin du Rosmeur entre la jetée et le quai du grand port, mais ce projet n’a jamais été réalisé.

Des travaux de confortement de la jetée ont été réalisés en 2016 par la mise en place de tirants d’enserrement reliant les murs verticaux. Ces tirants ont été mis en place sur toute la longueur de l’ouvrage en partie haute et basse des caissons, à raison de 4 tirants par caisson.

La dalle de couverture de l’ouvrage présente de nombreuses dégradations (affaissements, fractures) qui sont causées par l’affaissement du remblai à l’intérieur des caissons.

LE PROJET

Afin de remettre en état la partie supérieure de l’ouvrage, il est prévu, après démolition partielle, de reconstruire les couronnements des murs, ainsi que la dalle de couverture et de remplacer l’ensemble des équipements de quai.

Ainsi, les travaux consistent à :

  • Déposer tous les équipements de quai présents sur la jetée (armoires électriques, mâts d’éclairage, prises d’eau, bollards, organeaux, échelles, défenses d’accostage, chasse-roues et arrêtoirs de quai),
  • Démolir la dalle existante, ainsi que les couronnements en tête de murs,
  • Compléter le remblai affaissé des caissons,
  • Construire de nouveaux couronnements en béton armé ancrés aux murs,
  • Construire une nouvelle dalle en béton armé de 25cm d’épaisseur liaisonnée aux couronnements des murs, avec un traitement spécifique de l’arête de quai, côté mer ,
  • Mettre en place des équipements de quai neufs (organeaux, bollards, échelles et défenses d’accostage),
  • Refaire les alimentations en eau et électricité et remplacer les mâts d’éclairage,
  • Réaliser une réfection partielle de la voirie du terre-plein situé à l’extrémité de la jetée pour raccorder la nouvelle dalle aux voiries existantes.

Coupe type de la jetée

LE PROJET en images

Les travaux seront réalisés par l’entreprise MARC SA BTP

MARC_SA_BTP

Installation d’un échafaudage pendulaire roulant pour :

  • sciage horizontal du couronnement
  • installation des protections collectives à l’avancement
  • installation des fixations des passerelles utilisée pour les phases de démolition.

Démolition de la dalle et des couronnements avec évacuation des matériaux :

  • Stockage provisoire à l’enracinement dans la zone de reprise des voiries.
  • Évacuation de ce stockage provisoire au fur et à mesure par des engins adaptés à la circulation routière (camion, semi-remorque).
  • Déplacement des passerelles provisoires au niveau du futur tronçon à démollir.

Reconstruction de la dalle, en partant de l’extrémité, en parallèle à la phase démolition.

Aperçu des défenses d’accostage de la jetée côté mer.

LE CALENDRIER

Consultations des entreprises : novembre 2018.

Début des travaux : février 2019.

Fin des travaux : octobre 2019.

 

Pendant la durée des travaux, la jetée du Rosmeur sera fermée et inaccessible aux usagers et au public. L’accès à la cale adjacente sera maintenu.

L’utilisation des voies d’accès et internes au Port sera sécurisée pour les usagers.

LE FINANCEMENT

Montant total des travaux : environ 848 000 € HT.

Cette somme inclue le changement des défenses.

LA SECURISATION DES ACCES

Une cohabitation difficile depuis plusieurs années

Depuis plusieurs années, les usagers (pêcheurs et entreprises) du port  du Rosmeur formulent des observations récurrentes sur la propreté, la salubrité et la sécurité du site.  Il est observé en effet, par moments, une forte concentration de poissons et de seiches autour des ouvrages portuaires. Cette concentration attire les pêcheurs à la ligne, dont certains ont développé un commerce autour de cette activité. Du fait de l’intérêt financier ainsi que du nombre de pêcheurs, des conflits apparaissent entre usagers (conflits entre pêcheurs à la ligne et professionnels, incivilités, dégradations, vols, amarres larguées, hameçons dans les cordages, …). Le Département du Finistère a engagé des démarches dès 2014 pour résoudre cette situation qui a eu tendance à s’aggraver au fil des années.

En 2018, recherche d’une solution concertée

Les difficultés se multipliant fin 2017, le Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille, nouvelle autorité portuaire, a relancé les discussions au début de l’année 2018.

Des réunions de concertation ont eu lieu avec la commune, la communauté de communes, les professionnels et usagers du port, le concessionnaire (plusieurs réunions techniques, réunion des élus, réunion avec les usagers) pour définir la solution à retenir, s’appuyant également sur l’audit de gendarmerie qui avait été fait.  Le Comité départemental des pêches a également interpellé les différents acteurs en octobre 2018 sur le niveau d’insécurité rencontré par les professionnels sur la jetée et le port.

Un compromis a été trouvé au terme de la concertation avec les collectivités locales, qui souhaitaient éviter une fermeture totale du port mais devaient également faire face à leurs propres responsabilités, notamment en terme de sécurité et de salubrité pour la commune. Le concessionnaire a également des obligations en terme de sécurité de ses usagers sur la zone concédée.

L’aménagement envisagé a reçu un avis favorable du Conseil portuaire en mai 2108.

Une responsabilité partagée

Pour ce qui concerne les espaces gérés directement par le Syndicat mixte, les difficultés se concentrent sur la jetée et la cale du Rosmeur. Sur ces deux ouvrages, les conflits entre professionnels et pêcheurs à la ligne sont fréquents.  La solution retenue est la mise en œuvre d’un dispositif de barriérage permettant de réserver l’accès de cette zone aux seuls professionnels et usagers. Il sera mis en place à l’issue des travaux de confortement de la jetée du Rosmeur qui vont démarrer en février 2019 et sera constitué de barrières et d’un portail commandé par digicode.

Il a été, un temps, envisagé de ne contrôler l’accès que la nuit mais devant la difficulté à faire respecter l’interdiction et à évacuer les lieux avant la fermeture, cette solution n’a pas été retenue. L’espace pourra faire l’objet d’une ouverture lors d’évènements exceptionnels (fêtes maritimes…).

Les dispositions constructives ont fait l’objet de concertation et d’un accord des services de l’Architecte des Bâtiments de France.